Versions Compared

Key

  • This line was added.
  • This line was removed.
  • Formatting was changed.
Coming soon . . .

La fin des frictions ? - Des analyses de grandes quantités de données dans les prises de décision militaires

Florian Fleischmann/André Röhl

 

La nécessité de devoir prendre des décisions dans un environnement marqué par la complexité, l’incertitude et l’ambiguïté a depuis toujours été une caractéristique de processus de prise de décision militaire et de politique de sécurité. Les analyses de grandes quantités de données possèdent le potentiel de fournir des réponses qualifiées à presque n’importe quelle question. Néanmoins, cela fonctionne seulement si on pose les bonnes questions. Quel est le but à atteindre, et dans quel contexte ? Quelles sont les conditions cadres/paramètres (internes et externes) qui influencent la réalisation de ce but ? Quelles informations faut-il avoir pour pouvoir pronostiquer et modeler les développements liés à ce but ? Sous quelle forme existent les données nécessaires (structurées, non structurées, semi-structurées) ? En général, il y a deux possibilités d’utiliser de grandes quantités de données : on peut créer la structure nécessaire (technique, algorithmes, compétences d’analyse) complètement de façon interne, ou une organisation fait recours au savoir-faire de prestataires externes par le biais des Shared Services (services partagés). Pour chacun de ces cas, il faut avoir rempli deux exigences : respecter toutes les règles importantes concernant la protection et la sécurité des données et disposer de collaborateurs qualifiés et de capacités analytiques pour l’interprétation des données (mathématiciens, spécialistes de base de données, etc.). Du côté technique, le nombre de compagnies qui offrent des analyses pour de grandes quantités de données sous forme d’un Shared Service est en train d’augmenter. Cela veut dire que : la technique/le software nécessaires sont basés sur le web ; l’utilisateur ne doit pas faire d’investissements pour le matériel informatique ni pour son maintien. A partir des questions du client, le fournisseur fait des analyses et visualisations précises basées sur les sources de données nécessaires. Donc, l’utilisateur peut se concentrer sur les solutions au lieu de faire beaucoup d’efforts pour l’acquisition et la préparation des données nécessaires. En conclusion, la technologie de grandes quantités de données reste un instrument qui, en dépit de l’automatisation et des liens entre les données, ne peut que soutenir un processus de prise de décision, mais jamais le remplacer. Cette technologie ne peut pas supprimer les « frictions », mais elle peut au moins les réduire sensiblement. Le principe, déjà mentionné chez Clausewitz, de développer des processus de prise de décision par une combinaison « d’intelligence opérationnelle » et de méthodique rationnelle reste quand même toujours un facteur déterminant.

Image Added