La Base des Forces Armées de la Bundeswehr

Créative - Efficace - Moderne

Couronnée de succès en opération !

Wolfram Kühn

 

Pendant les 45 années de la Guerre froide, les Forces Armées de l’OTAN et du Pacte de Varsovie s’affrontaient au sens figuré, mais aussi physiquement le long de la frontière interallemande à portée de leurs armes. La Guerre froide, cela signifiait une confrontation linéaire de grandes unités blindées dans un espace géographiquement bien identifiable. La fin de la Guerre froide en 1990, la réunion et ensuite la pleine souveraineté de l’Allemagne ainsi que les premières missions de la Bundeswehr à l’étranger s’enfoncèrent dans ce monde bien organisé. « Dividende de paix » était le mot clé de ces années-là. Dans l’Allemagne réunifiée, le désarmement personnel et matériel ainsi que la réduction des dépenses militaires pour la défense figuraient au premier plan de l’agenda politique pour la Bundeswehr - pour « l’Armée de l’unité ». Bien 11 ans plus tard, l’attaque sur le World Trade Center, le 11 septembre 2001, amena le changement de paradigmes définitif dans le domaine de la politique de sécurité. De nos jours, ce sont les opérations réelles et le combat réel qui déterminent les activités quotidiennes de la Bundeswehr. « Mettre les exigences opérationnelles à la base de nos pensées », et « laisser pour plus tard tout ce qui ne sert pas à l’opération » - ce sont les directives du présent ainsi que du futur prévisible. Pour « l’armée en opération », les actions communes et bien déterminées couvrant tout le spectre de capacités, y compris le combat contre le terrorisme international, se trouvent au centre des priorités. La transformation de la Bundeswehr met en pratique cet effort central de façon conséquente et permet, en tant que méthode, une adaptation permanente, rapide et fluide à la réalité opérationnelle. Elle empêche que la Bundeswehr se prépare quasiment comme un dinosaure aux guerres et opérations d’hier. Cela exige de la créativité et de la force innovatrice, mais aussi l’abandon des - jusqu’à cette époque-là - traits de structure bien acceptés comme par exemple une vaste indépendance des Forces terrestres, de la Force aérienne et de la Marine. Outre la pression purement économique, qui ne permet plus des redondances couteuses, c’est la réalité opérationnelle de la Bundeswehr qui forme la compréhension à tous les niveaux que des opérations ne pourront en principe plus avoir lieu qu’avec la participation de toutes les armées. La question de savoir quelle armée va mettre à disposition une capacité opérationnelle en temps de guerre ne se pose donc plus. Ce qui compte, c’est seulement son professionnalisme et sa capacité d’endurance. La base des forces armées (BFA) est en même temps produit et moteur de la transformation de la Bundeswehr. Elle crée les conditions pour une mise en œuvre précise et flexible des capacités de l’Armée de terre, de l’Armée de l’air et de la Marine dans les opérations modernes et complexes, opérations qu’on ne peut presque plus anticiper dans leur développement concret. LA BFA est donc quasiment une entreprise commune, composée de l’Armée de terre, de l’Armée de l’air et de la Marine. Les Armées ont transféré des tâches à la BFA, tâches qui sont maintenant accomplies par la BFA de façon égale pour toutes les trois Armées. Ainsi, nous suivons un chemin qui a été déjà emprunté par beaucoup d’entreprises civiles et qui devrait aussi être suivi par d’autres nations. Néanmoins, la BFA reste encore toujours un modèle unique au monde, modèle sans prédécesseur et sans concurrent. Dès son installation en l’an 2000, la BFA a été capable de remplir ses missions et ses tâches sans frictions et avec une très bonne qualité, cela parallèlement à la création de la section organisation. Le potentiel de la BFA est encore loin d’être épuisé. Par la combinaison du « meilleur de deux mondes », c’est à dire celui du militaire et de l’économie, on peut arriver à une qualité toute neuve de capacités militaires, capacités qui vont rendre les contributions aux opérations encore plus efficaces et plus professionnelles. Ainsi, à l’aide d’une meilleure professionnalisation, nous atteignons une mise en œuvre plus économique des moyens disponibles.

Übersetzung durch ObstdhmfD Mag. F. Lambauer, MSD (SKFüKdo)