A propos du développement de la science militaire dans la Fédération russe
(1ère partie)

 « Principes fondamentaux des pensées et actions militaires dans le présent »

Siegfried Lautsch


Dans cet article, l’auteur analyse les points de vue des changements dynamiques dans la politique et dans la société ainsi que l’intégration de la science militaire dans les forces armées de la Fédération russe (FR). Il tourne son regard vers les niveaux stratégiques et opérationnels, surtout vers la responsabilité des quartiers généraux et des états-majors dans l’intérêt de leur développement. Le but du développement des forces armées russes est la transformation de capacités qui correspondent à l’image de guerre moderne et la création de conditions pour leur emploi efficace. Les approches prioritaires de la stratégie militaire russe comprennent, entre autres, des recherches sur les questions d’une augmentation de la puissance de combat des forces armées de la Fédération russe. Cette puissance est déterminée par la capacité quantitative et qualitative des forces armées, par ses effectifs et son équipement technique, par son état moral et psychologique, par son niveau de formation et par la disponibilité et la capacité de combat de ses troupes et forces.

Ce qui est décisif pour la perception de la menace mutuelle entre l’OTAN et la Russie est l’intention de disposer de capacités militaires de dissuasion égales - une logique de dissuasion avec une perspective fatale qui n’exclut ni la guerre, ni ne rend la paix plus sûre. Cela exige un certain calme stratégique parmi les dirigeants politiques et militaires de Moscou, Washington et Bruxelles. Dans les déclarations du chef d’état-major russe, il ne s’agit pas de la présentation des contenus de la science militaire, mais plutôt de la question suivante : comment des résultats scientifiques peuvent être utilisés dans l’intérêt des forces armées, par exemple dans la planification, préparation et exécution d’opérations et processus militaires ? Cela exige, comme condition préalable, de définir les domaines scientifiques probablement utiles pour la science militaire et les performances qu’ils doivent vraiment fournir. En fin de compte, l’intention de l’élite militaire russe est d’armer leurs forces militaires pour le futur et de les préparer efficacement à des opérations prévisibles. Dans ce contexte, selon l’auteur, ce ne sont pas tellement les priorités de politique de pouvoir de la Fédération russe qui jouent un rôle, mais plutôt les défis contraignants de la politique de sécurité et du militaire, mais aussi des normes légales et éthiques du droit international. Comme d’autres états, la Russie mise aussi sur sa pleine souveraineté, son rôle essentiel en Europe et dans le monde ainsi que sur sa responsabilité dans le système international. La diversité et la gamme de dangers potentiels et de risques ainsi que de menaces pour la sécurité nationale de la Fédération russe exigent le maintien de la capacité politique, aussi par des moyens militaires. Cela s’étend d’opérations militaires de faible jusqu’à haute intensité, menées dans le cadre de la prévention internationale de conflits et de crises. Les forces armées contribuent en outre à des opérations de sauvetage, d’évacuation et de libération d’otages à l’étranger, à la défense territoriale et à des opérations humanitaires et d’assistance. Cette complexité exige l’intégration de la science militaire pour la réalisation des objectifs de réforme présents et futurs.