Guerre hybride et urbanité - les conséquences d’aspects innovateurs dans des conflits modernes pour la défense civile

Dirk Freudenberg

Jusqu’à présent, la défense civile a toujours été vue comme « une partie inséparable et indispensable de la défense générale » d’une nation, tandis que la protection civile a seulement figuré comme l’annexe civile de la défense militaire. La population mondiale est en croissance permanente et va atteindre les 10 milliards d’ici le milieu du 21e siècle. En même temps, le nombre de personnes qui habitent dans des grandes villes va aussi augmenter et ainsi élargir ces agglomérations. En conséquence, d’ici 2050, environ deux tiers de la population mondiale vivront dans des villes, respectivement dans 43 mégapoles de plus de 10 millions d’habitants. La population des grandes villes allemandes a aussi considérablement augmenté ces dernières années. Ainsi, les gens se concentrent de plus en plus dans les centres urbains et deviennent dépendants des services publics, surtout des infrastructures essentielles. Du point de vue de la politique de sécurité, ces prévisions causeront des défis énormes pour la défense civile, surtout en cas de menaces ou de guerres hybrides. D’après l‘auteur de cet article, la guerre hybride se caractérise par le fait que la plupart des moyens mis en œuvre et des objectifs visés font partie du secteur civil, provoquant ainsi des effets dans des champs d’action civils par l’utilisation d’effecteurs civils provenant d’un domaine civil. Pour les forces militaires conventionnelles, cela pourrait engendrer un « vide » sur le champ de bataille, parce qu’il n’y aura pas d’adversaire équivalent, c’est-á-dire militaire et les forces militaires classiques seront, le cas échéant, seulement utilisées pour dissimuler, soutenir ou protéger des actions hybrides. Ainsi, la majorité des points faibles et de leurs effecteurs se trouveront surtout dans le secteur civil. Selon l’opinion de l’auteur, cette approche innovatrice justifie l’utilisation du terme « menaces hybrides ». Néanmoins, la dépendance d’infrastructures essentielles civiles et leur rôle primordial pour la population civile ainsi que pour toute économie allemande a considérablement augmenté au cours des dernières décennies. Donc, la protection des infrastructures essentielles constitue un nouveau facteur de sécurité nationale.

Les effets d’infrastructures essentielles tombées en panne seront énormes pour les grandes villes et leurs habitants, comme cela fut déjà prouvé en temps de paix, et ces effets éprouvés peuvent quasiment être utilisés pour anticiper les conséquences d’une décapitation digitale. De telles attaques ne se limiteront probablement pas à des endroits situés dans des quartiers, des villes ou des régions. Ce seront des interruptions à grande échelle qui peuvent toucher l’ensemble d’un territoire national. Dans une telle situation, les services sociaux publics s’effondreront en peu de temps, ne seront plus disponibles ou n’atteindront plus la population. Un déplacement de la population urbaine dans des régions rurales voisines et peut-être moins affectées pourrait surcharger les infrastructures toujours (en partie) fonctionnantes ainsi que les ressources de ces régions ou même les paralyser en peu de temps. La demande d’une adaptation de l’importance de la défense civile se fonde, entre outre, sur le soupçon que des attaques hybrides pourraient saper les capacités militaires et que, par conséquent, une réaction ou défense d’une telle attaque serait seulement possible par des capacités et moyens civils. La défense civile est donc, dans une certaine mesure et dans le contexte de la défense générale, une composante nécessaire pour qu’une nation soit préparée à une défense effective prescrite dans la loi constitutionnelle. Il en résulte la revendication que la défense nationale ne soit plus vue comme une annexe de la conduite de guerre classique, c’est-à-dire comme l’appendice ennuyeux d’une défense nationale principalement militaire, mais comme un pilier équivalent d’une défense générale. De plus, le maintien du système social exige une augmentation de l’importance de la défense civile et un renforcement global de ses capacités. Il est donc nécessaire de réévaluer le rôle de la défense civile, de la protection civile et, ainsi, aussi de la protection de la population dans le contexte d’une défense générale et de l’adapter et le relier à la défense militaire.