Christian Wolf

 

Le contenu de cet article est une analyse de la politique de sécurité stratégique actuelle du Royaume-Uni et de ses motifs, parce que les conséquences des décisions prises par Whitehall influencent encore toujours le développement futur de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE. Cette situation nous mène à la question de savoir comment la stratégie de sécurité actuelle du Royaume-Uni se présente, à quelles influences elle est soumise et quelles sont les conséquences sur la politique de sécurité qu’on peut en déduire. Le document « A Strong Britain in an Age of Uncertainty » (Une Grande-Bretagne forte dans une ère d’incertitude), publié en octobre 2010, sera donc au centre des observations, c’est-à-dire la stratégie nationale de sécurité, en bref NSS2010, les constantes du système politique britannique exerçant des effets sur elle et les implications de la NSS2010 sur la relation entre les USA et l’UE. La NSS2010 aborde les intérêts nationaux britanniques qui sont situés au-delà des événements politiques quotidiens et en fait la base des objectifs poursuivis par la Grande-Bretagne. Ceux-ci et d’autres constantes essentielles du système politique britannique représentent le cadre stratégique et en même temps le méta-niveau de la politique de sécurité britannique. Ces paramètres assurent que, même si on a mis de nouveaux accents et priorités dans la politique extérieure et de sécurité par le biais d’un changement de gouvernement, le changement d’orientation a plutôt un caractère faiblement évolutionnaire que révolutionnaire. La situation économique difficile du pays et le dictat des caisses vides de l’état sont, par contre, les facteurs politiques réels qui ont beaucoup plus marqué les directives et les expressions de la NSS2010 que le changement de gouvernement. L’analyse de ce document stratégique eut en outre pour conséquence que Whitehall, contrairement à la fierté nationale souvent invoquée, est bel et bien conscient de la valeur de ses partenariats et alliances. Néanmoins, cela ne veut pas dire que le numéro 10 Downing Street va aussi s’efforcer, dans le futur et à chaque occasion possible, à arriver à une position spéciale pour la Grande-Bretagne dans l’UE. Ainsi, la NSS2010 constitue le cadre politico-stratégique dans lequel la politique extérieure et de sécurité britannique va mener ses actions dans un futur prévisible. La SDSR2010 est un document de base militaro-stratégique subordonné à la NSS2010. Elle sert à transformer les directives de la politique de sécurité fixées dans la NSS2010 en une doctrine militaire praticable. Dans ce contexte on peut constater que la Grande-Bretagne s’attache toujours au maintien des forces militaires performantes et aptes à intervenir dans le monde entier, ceci dans un cadre financier réalisable. Il est incontestable que les relations mondiales excellentes et historiquement bien développées du pays peuvent être d’un grand avantage pour son réseau global tant qu’elles seront prudemment utilisées. La Grande-Bretagne est aussi le pont le plus fort de l’Europe dans l’alliance de sécurité transatlantique. La langue anglaise, en tant que porte-voix du Royaume-Uni, est la lingua franca de l’époque de l’information. Par contre, le monde interconnecté multipolaire du 21e siècle, comme décrit par la NSS2010, bouge au rythme de la globalisation et ne tient pas beaucoup compte de la grandeur historique. L’Union Jack a beaucoup perdu de son ancien lustre et de sa position dominante bien qu’un vent frais venant du numéro 10 Downing Street aimerait bien le faire flotter au dessus de la Grande Bretagne et au-delà de ses frontières.