Nikolaus Scholik

 

Après la présentation de la situation stratégique sur « l’échiquier » maritime, avec accent sur la situation de la région indopacifique (voir ÖMZ 2/2013), on va maintenant encore une fois et en premier lieu présenter l’implémentation opérationnelle dans cette région ainsi que les deux acteurs principaux, c’est-à-dire les Etats-Unis et la Chine. Comme on peut tirer, sur le plan théorique, des leçons de réflexions et objectifs stratégiques, réflexions qui portent sur l’importance de l’existence de pouvoirs maritimes - c’est-à-dire Mahan et Corbett et toutes les idées modernes -, on va démontrer dans le texte suivant que l’implémentation opérationnelle de toutes les directives stratégiques engendre des défis tout-à fait différents pour la politique, le militaire, l’industrie d’armement et les capacités technologiques d’un état. Les objectifs jugés nécessaires d‘être analysés sur le plan maritime et stratégique d’un état sont, de nos jours et plus que jamais, soumis à des faits comme la volonté politique, le progrès technologique rapide et le potentiel économique ainsi qu’aux paramètres qui en résultent. A cela s’ajoute la dominance reconnue des Etats-Unis avec leur Marine. Cette dominance force tous les états qui ont dans leur stratégie (globale) aussi des ambitions mondiales, ainsi que les États-Unis eux-mêmes à entrer dans une nouvelle course totale aux armements maritimes. Totale, parce que, contrairement aux périodes antérieures où l’armement maritime concernait principalement la combativité sur l’eau - c’est-à-dire le combat des navires et des flottes contre d’autres navires ou flottes - les tactiques des forces de marine ont été de plus en plus élargies depuis le milieu du dernier siècle : aujourd’hui, les forces de marine sont aptes à mener des actions sous l’eau, sur l’eau, à utiliser le spectre total de conduite de guerre et de commandement électronique (y compris l’internet) ainsi que les défis de formation et de commandement de plus en plus sophistiqués qui vont avec. A cela s’ajoute l’incertitude économique mondiale dont presqu’aucun état ou système d’états, aucune économie locale ou régionale, aucun système politico-économique n’est préservé. La globalisation et l’intrication de toutes les actions économiques avec des conséquences qui s’étendent profondément dans les systèmes globaux mènent à des troubles politiques, troubles qui sont en plus aggravés par la terreur globale et le crime organisé qui sont de plus en plus difficiles à résoudre. Du point de vue chinois, A2/AD représente un concept opérationnel-défensif qui est absolument nécessaire pour contrer le pouvoir offensif de la Marine des U.S.A. Toutefois, il ne remédie pas du tout et même pas dans les grandes lignes à l’infériorité actuelle de l’Armée de Libération Populaire (PLAN) quant à sa propre projection de pouvoir. Ce jugement porte sur la capacité actuelle de la PLAN de sécuriser les voies maritimes et sa capacité de projection, capacité qui est indispensable sur la scène mondiale et en association avec le rôle que la Chine veut y jouer.