Version: 4
restore

Youssouf Diallo/Hans Krech

 

L’Afrique de l’est fut le berceau de l’Al-Qaeda, groupe terroriste fondé le 18 août 1988 à Peshawar dans la maison d’Osama Ben Laden. Ce groupe comprenait 15 membres fondateurs et avait comme but de former 314 combattants endéans 6 mois. L’Al-Qaeda était un petit groupe terroriste salafiste parmi des centaines de groupes terroristes islamiques similaires. Ce que le distinguait, c’était ses liens étroits avec l’opposition clandestine saoudienne, l’Ikhwan, qui combattait la dynastie saoudienne depuis 1929. Son chef était Osama ben Laden, dont la personnalité devait jouer un rôle décisif lors de l’avancement de l’Al-Qaeda. Ben Laden provenait d’une des plus riches familles arabes, avait suivi une formation élitaire, disposait de plusieurs années d’expérience de combat en Afghanistan et avait en plus coopéré avec beaucoup de services secrets – le service secret extérieur saoudien, la CIA et l’ISI – et avait ainsi obtenu ses connaissances de base concernant la construction conspiratrice d’un groupe terroriste. De plus, Osama ben Laden disposait, au début de l’Al-Qaeda, de ressources financières au-dessus de la moyenne, ressources qu’il utilisa pour promouvoir d’autres petits groupes terroristes salafistes. En septembre 2001, l’Al-Qaeda disposait d’environ 30 millions de dollars américains. De 1991 jusqu’au 18 mai 1996, Osama Ben Laden était en exil au Soudan, accompagné par une partie des membres de l’Al-Qaeda. Parfois il rencontrait les chefs d’autres groupes terroristes plusieurs fois par semaine, essayant en vain de les motiver à joindre l’Al-Qaeda, mais aucun parti terroriste islamique ne s’est joint à lui. Seulement le terroriste de gauche Carlos exprima son enthousiasme pour Ben Laden. A l’époque, Khartoum était une sorte de Mecque pour toute sorte de terroristes venant du monde entier et plus ou moins tolérés par le gouvernement soudanais. Mais à partir de Khartoum, Ben Laden commença à envoyer des messagers à d’autres états africains de l’est qui établirent des contacts avec des groupes salafistes au Kenya et en Somalie. En Somalie, quelques instructeurs de l’Al-Qaeda entreprirent la formation militaire des petits groupes salafistes, toujours en état de naissance. De premières cellules d’Al-Qaeda furent créées en Afrique de l’est ; ce furent les premières structures d’Al-Qaeda sur le continent Africain. Cependant, cela devait durer encore des années pour que le premier groupe terroriste africain devienne membre officiel de l’Al-Qaeda. Il s’agit du Jihad Islamique Egyptien (JIE), fondé en 1980 et commandé par Ayman as-Zawahiri depuis 1991. Il disposait d’environ 1 000 combattants dans l’agglomération du Caire. De 1991 jusqu’en 1996, la majorité de ses combattants et chefs se trouvait aussi au Soudan. Depuis 1994, Osama ben Laden finançait le JIE qui fut le premier groupe terroriste salafiste à devenir membre de l’Al-Qaeda le 23 février 1998 L’Al-Qaeda commença ses activités spectaculaires avec des attentats choquants seulement à partir de 1998 et commença ainsi à s’élever du marais des petits groupes terroristes islamiques et devint la première organisation terroriste globale non-étatique de nos jours. En 2012, la croissance de l’Al-Qaeda en Afrique est plus intense que dans ses autres régions d’opération. Au Mali et en Somalie, elle est déjà passée à l’insurrection ouverte.